IRONTAQUET 2009 - l'article

Publié le par les taquets de Cayenne

Un IRONTAQUET se court toujours sous la pluie.

 

C’est désormais une règle incontournable. En effet, la saison humide s’est fait un malin plaisir d’attendre le dimanche 30 mai pour arroser les compétiteurs venus en masse pour cette deuxième édition du seul triathlon non officiel de Guyane. 17 individuels, 6 équipes se sont donné rendez-vous à Montsinéry, nouveau lieu de rencontre des taquétistes et sympathisants prêts à en découdre sur 500m de natation, 22 km de vélo et 5km de course à pied.


 

A 16h au débarcadère il y a du lourd sur la ligne de départ et les favoris jouent déjà des coudes : entre Olivier, revenu mettre son titre en jeu malgré son manque d’entraînement, Michel, dopé par son récent succès à Mana, Alex, son dauphin à Mana, Mica et Steven, il y a de quoi faire douter le pronostiqueur le plus chevronné.

       Mais derrière les gros bras, c’est aussi très sympa : les équipes fantaisistes ou pas (Folles, Educ Nat, Femmelettes, Aliwawpoe, Maripasoula, Anaduas), les invité(e)s, les potes et les taquets historiques complètent le tableau.

 

Après un briefing mouillé, concis et efficace du maître organisateur Bobos, les nageurs embarquent sur les coques généreusement mises à disposition par Bruno, Fred et David pour se rendre sur la ligne de départ, en plein milieu de la rivière. C’est alors que se produit « la » péripétie de la course : alors que les derniers concurrents embarquent sur la coque de David, Bobos se trompe en répondant à deux questions pourtant simples :

1-      Combien d’adultes peuvent-ils tenir sur une coque alu sans faire couler cette dernière ?

Réponse : certainement pas 10.

2-      Quelle est la légende tenace qui entoure les voyages en coque de David ?

Réponse : il se passe TOUJOURS quelque chose.

 


 

Résultat : au bout d’une dizaine de mètres, panique à bord, l’eau entre par l’avant, la barque se remplit en 10 secondes et tout le monde saute à l’eau. En bon capitaine, David reste seul à bord et coupe prudemment le moteur. Heureusement le bord n’est pas loin. Gentiment, des pêcheurs fraîchement débarqués dans une pirogue flambant neuve proposent de nous emmener à bon port. Il faut faire vite avant qu’il faille répondre à une troisième question : le taquet est-il soluble dans l’eau ?, en effet la première vague de nageurs s’impatiente (ils se sont distraits en regardant le naufrage).

 


 

Finalement tout le monde est prêt. C’est Cynthia qui donne le départ du second IRONTAQUET. L’eau est chaude (et pleine de requins bouledogues affirmera plus tard Mich, le plus sérieusement du monde), mais les nageurs doivent par endroits traverser des passages plus frais et boueux, pas très agréables. Michel part comme une flèche mais ne tient pas le rythme de Steven, qui logiquement prend la tête, suivi de près par Olivier et Mica. Viennent ensuite Michel, Alex, Aude, Bobos et Carole des Femmelettes en embuscade. Puis tous les concurrents sortent les uns après les autres de l’eau, avec plus ou moins de difficulté pour monter sur le dégrad en pleine marée basse. Chacun y va de sa technique… Jérôme enfourche ses Tongues, Agnès se fait aider par Sarah,…

  

 

Après la première transition, les fous du vélo, Steven et Mica, atteignent leur vitesse de croisière (environ 2000km/h) et prennent le plus de distance possible vis-à-vis de leurs poursuivants, car ils redoutent la partie course à pied

 

 

Derrière Olivier tente tant bien que mal de les suivre. Michel l’a en point de mire, tandis que Bobos, qui a ouvert une nouvelle porte spatio-temporelle pour mystifier Alex à la transition, fait le travail avec lui pour revenir sur les premiers. Mais c’est derrière que s’effectue ce qui restera la plus belle remontée de l’IRONTAQUET. Christophe, invité de dernière minute qui s’était illustré à Mana en signant le meilleur temps vélo, sort de l’eau en retard, en même temps que Laurent et lâche ce dernier à la transition. Seul, il rattrape son retard sur les premiers et les rejoint avant la fin de la première boucle. Bientôt c’est un vrai petit peloton qui se lance à la poursuite des trois, puis des deux premiers, après qu’Olivier a été rejoint. A l’intérieur de ce confortable nid, Michel attend son heure. Il sait qu’il peut mettre tout le monde d’accord à la course à pied si Olivier ne sort pas les boosters. Ils sont impressionnants, ces gros bras qui roulent tous ensemble. « Ca va pas être possible » se dit Laurent à chaque fois qu’il les croise, se raccrochant à l’espoir fou de les rattraper. Ce dernier fait un peu le tampon entre le peloton de tête et le reste, moins affûté, des concurrents. Le long de la route et au passage de la seconde boucle, c’est la fête, malgré la pluie. Les filles de Mica sont postées à la sortie de la ville et mitraillent les participants avec leur téléobjectif et leurs encouragements. Les spectateurs et amis ne sont pas en reste d’ailleurs.

 
 

Côté concurrents loisir, on vient passer un bon moment, sur un vélo prêté ou un vtt lourd sorti du garage, on court tout seul ou à plusieurs, comme Laure et Vincent du Team Anaduas. On se tape dans les mains ou sur l’épaule (n’est-ce pas Julien ?) en se croisant et tout le monde s’encourage avec fair-play. Mais c’est toujours avec un objectif personnel que tous se sont inscrit à l’IRONTAQUET : Morgane essaie d’accrocher le vélo de Sophie pour être la première équipe du Maroni (Maripasoula contre Aliwawpoe) mais en vain… Daniel, Jérôme et Manu sont là pour boucler le triathlon en solo, sans craquer avant la fin,… Ludo essaiera aussi, mais sans succès…

Hélène, partie de très loin après la sortie natation, remonte petit à petit au classement général grâce à un très bon temps vélo.


 



 
Devant, malgré tout, Stéven et Mica résistent à la remontée irrésistible du peloton. Ce sont d’ailleurs eux qui mènent la première partie de la course à pied. Mais ce ne sera pas assez pour aller jusqu’au bout. Ils sont petit à petit repris et c’est Mich qui, sans trop forcer, met d’accord tout le monde et bat le record de l’IRONTAQUET de près d’une minute (1h02’55). Bon, ce n’était pas tout à fait le même parcours que l’année dernière mais ça fait bien dans l’article...

Alex vient priver Olivier d’une deuxième place et Christophe confirme son excellente prestation cycliste en se plaçant 4ème. Stéven, 5ème parvient à rester devant Bobos (6è), qui signe une course à pied remarquable et dépasse Mica (7è) au classement général. Laurent, malgré un bon vélo en solitaire, termine en 8è position, à 4 minutes. Les écarts se creusent ensuite et c’est 8 minutes plus tard que la première équipe (Educ Nat) passe la ligne, fruit d’une collaboration fructueuse entre Fred nageur/coureur et une ancienne gloire du cyclisme auvergnat sur le retour, l’ami David (celui de la coque maudite). Fred le pilote et Julien sont à une minute. Puis le reste de la troupe arrive à bon port, sans casse ni crevaison.

 


 


A signaler cette année une très forte participation de la gente féminine… avec 3 individuelles (Hélène, Aude et Audrey) et 4 équipes, toutes « finisher » pour cette seconde édition.



Le soir tout ce petit monde se retrouve au resto pour fêter l’événement. Il n’y aura pas de récompense pour les premiers et c’est très bien comme ça. On est d’abord là pour s’amuser... Seuls Elodie, Julien et Laurent, qui quittent la Guyane pour aller représenter les taquets en métropole, recevront, émus, des cadeaux de départ.

 

 

Pour terminer, au chapitre des remerciements, il faut d’abord citer Bobos et Mich, organisateurs impeccables de la compétition la plus sympa et la moins officielle de Guyane. Un IRONTAQUET qui a de beaux jours devant lui, mais qui, devant le succès grandissant de ses éditions, devra peut-être opter pour une dimension un peu plus officielle.

 

Remercions aussi les capitaines d’embarcations : Bruno, David et Manu

Les chronométreuses courageuses : Cynthia, Aude et Elodie

Le poseur de bâche sur le dégrad pour éviter de se blesser les pieds : Vincent

La coupeuse de citron : Béa

Les nombreux photographes : Virginie, Eugénie, Thomas, ptite Elo, Mica’s children,…

Et surtout les parapluies qui n’ont pas servi à grand-chose face au déluge de la  première journée de saison des pluies !!!

 

A l’année prochaine pour la 3ème édition, que l’on espère aussi réussie que la seconde !!

 

 

Pour les résultats, clique sur le logo…

Publié dans IRONTAQUET

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

karim 05/06/2009 22:07

Trés pittoresque ce commentaire le coup de la coque m'a bien fait rire, les requins bouledogue un peu moins ??? En tout cas on ne confiera pas l'organisation de notre triathlon à David.
Bravo à notre fontenaisien Christophe qui a enfin refait un triathlon complet et vaincu le signe indien de la course à pieds.
A quand un jumelage les Taquets de Cayenne/ Fontenay triathlon.