Triathlon de Dijon 2009 - l'article

Publié le par les taquets de Cayenne


5 juillet 2009 au bord du lac Kir à Dijon...


Ca y est, l’objectif de la saison est passé !!!

 

Et oui, pour cette année, Michel, Stéven et Bobos s’étaient fixés sur la participation à un triathlon moyenne distance. Suite logique car depuis 2 ans, Michel et Bobos doublent chaque été la distance à parcourir… et surtout à finir. Partis du Sprint de Kourou (0,5-22-5) en 2007, ils participèrent au triathlon de Codolet l’été 2008 (1,5-40-10), pour s’aligner, avec le champion vétéran de natation Stéven, sur le triathlon de Dijon 2009 : 3 km de natation, 85 km de vélo et 20 km de course à pied.

 

Depuis 6 mois qu’ils préparent cette compétition, ils arrivent remontés comme des horloges sur le bord du lac kir ce dimanche 5 juillet au matin… même pas peur des 19°C du lac, ni des nuages menaçant à tout instant de cracher des trombes d’eau.

Bobos, ancien local (il a fait ses études à Dijon, et y a trouvé la femme de sa vie) rassure Michel… « T’es pas à Cayenne gros, tu peux avoir un ciel nuageux pendant une semaine sans qu’il pleuve !! »

 

Pendant l’installation des machines de guerre dans le parc à vélo, le speaker annonce les pointures qui sont présentes à Dijon : Axel Zeebroek le Belge, Gilles Reboul le dijonnais, septuple vainqueur sur le lac kir, Damien Félix Favre le vésulien,…

Ils se sont battront les uns et les autres pour glaner la victoire de cette 25ème édition, sans que nos chers Taquets puissent y faire quelque chose, arrivant plus d’une heure après…

 

Quinze minutes avant le départ, c’est le moment d’enfiler la « seconde peau » en néoprène, indispensable si le Mich ne veut pas finir gelé dans le lac kir… La combinaison fait ressembler nos Taquets à de véritables triathlètes affutés !!! Bon avec le bonnet sur la tête, on ne ressemble pas à grand-chose… Mais au milieu de toutes ces otaries au départ, pas facile de se retrouver. Alors on se tape chaleureusement dans les mains après la photo de groupe, pour s’encourager.



Finalement, l’eau n’est pas si froide, surtout après avoir trouvé le moyen de se réchauffer l’entrejambe !!! De toute façon, le Miche avait prévenu que c'était physiologique dès que l’on rentre dans de l’eau froide… pour plus de renseignements pour ce chauffage écologique et économique, envoyez-lui un mail…



Et c’est le départ natation pour 3 kilomètres en 2 boucles, avec une sortie à l’australienne à mi-parcours.

315 triathlètes jouent des coudes pour choisir la trajectoire la plus courte. Stéven, Michel et Bobos décident de partir « trannnquillll » sur le coté gauche pour éviter de se monter dessus… par contre, ils rencontrent régulièrement des touffes d’algues au ras de l’eau… les services municipaux auraient pu chlorer ce lac avant le départ !!!

 


Pour les non spécialistes, la sortie à l’australienne, c’est juste une sortie de l’eau de 10 mètres maximum pour courir autour d’un drapeau avant de retourner jouer les otaries. Il y a 2 intérêts à cette pratique : éviter aux spectateurs de s’ennuyer pendant plus de trente minutes sans voir la queue d’une otarie, et permettre aux triathlètes de vérifier leur forme du jour en sortant la montre de la combinaison…

En effet, Michel et Bobos peu spécialistes de la nage en eau libre, se rassurent grâce à ce passage (22 minutes pour le sous marin de Katoury). C’est fou, mais grâce au stress, à la combinaison qui fait flotter ou l’eau fraiche, on nage beaucoup plus vite dans le lac kir qu’à la piscine municipale de Cayenne…

Stéven sort logiquement de la partie natation en tête des Taquets, dans les 20 premiers au scratch. Mais comme la transition natation-vélo est comprise dans le chrono, le temps officiel est de 43min 20s pour la 33ème place.

Michel qui a de bonnes sensations et un rythme régulier sort en 43minutes de l’eau, puis court jusqu’au parc à vélo qui est très très loin à 200m du lac. Il enlève  sa combi à l'arrache (heureusement que le loueur ne le voit pas) et part avec son vélo, à 45min 53s en 49ème position.

Bobos n’en revient toujours pas d’être sorti à 3 minutes du Mich en 48min 44s à la 81ème place. Vive la combinaison en néoprène !!!


 



 

Michel nous conte ses premiers coups de pédale … : « dès la sortie du parc, je me fais doubler comme un fou, y en a partout !!!! Puis, je prends mon rythme avec une allure correcte. Sur toute la zone de plat, des types avec des cuisses énormes me doublent comme des fusées. C'est la folie !! L'avantage des grosses cuisses, c'est qu'ils ne grimpent pas très vite, donc sur les premières côtes, j'en reprends pas mal. Et ça grimpe quand même à Dijon !! Je suis content d'avoir mon pignon de 25 que je n'ai jamais utilisé si souvent !!!!! Alors que la 1ere ascension touche à sa fin, j'aperçois "El Nadador" (Steven) que je rejoins et qui me dit "Déjà là !!!! J'ai mal" Les crampes le tétanisent !!!! Je continue et attaque la descente, Les grosses cuisses me redoublent. Que des balles, car je ne suis pas un fin descendeur !!! »




Pour Stéven, on l’aura compris, c’est un long calvaire qui commence sur les pentes de Malain à Pasques.



Sur les faux plats, avant l’ascension, Bobos tape la discute avec quelques concurrents : un alsacien et un icaunais (habitant de l’Yonne, département d’origine de notre Taquet). Tout le monde est d’accord pour dire que l’on va en ch… . Au moment d’entamer la partie la plus abrupte de ce parcours, bobos se retourne et aperçoit 3 voitures grises qui commencent à le rattraper en klaxonnant comme des dératés… C’est la caravane des "Taquets de Cayenne's fan club" qui déboule pour encourager nos triathlètes… tous les supporters sont là : Sarah, Béa, Pauline, Cynthia, Michel, Florence, Christelle, Clémentine, Robert, Francette, Gille, Nathalie, Mathilde et Léa.


Après avoir poussé le Bobos avec leurs voix, nos fans baseront leur camp juste avant le début de la descente vers Velars sur Ouches pour encourager tous les triathlètes. Comme le dit le Mich, « ça fait un bien fou ».

Bobos arrive sur la seconde boucle avec 10 minutes d’avance sur le temps prévu au vélo (32km/h de moyenne)… mais la peur de craquer dans la seconde boucle le traraude. Pour Stéven, c’est ce qui se passe.

 

Michel est le premier Taquet à poser le vélo avec 35 minutes d'avance sur son horaire prévu, en 2h 35min 59s (105ème temps vélo)… A ce moment, la barre des 5 heures est jouable.

Stéven arrive tant bien que mal à rejoindre le parc à vélo, sachant que le plus dur reste à faire pour lui : la course à pied. Il pose le vélo après 2h 46min 39 s de crampes (193ème temps vélo).

Très peu de temps après, Bobos arrive lui aussi en avance au parc à vélo : 2h 41min 51s (156ème temps vélo). Pour lui, c’est la barre des 5h30 qu’il peut alors viser (30 minutes de moins que sa prévision). Il se permet même le luxe de croiser Stéven au parc à vélo, histoire de lui mettre la pression…

 

Nos 3 Taquets s’attaquent donc aux 20 kilomètres de course à pied. Gestionnaires de courses longue distance hors pair, ils partent tous trop vite, … bien trop vite… et   se font beaucoup doubler sur tout le parcours. Mich et Bobos commencent à avoir les jambes dures à la seconde boucle. Pour Stéven, c’est dès le début, mais de pire en pire au fil de la piste cyclable et du chemin de hallage du canal de Bourgogne…

Mich, grand amateur du Coca ne manque aucun ravitaillement pour s’abreuver de ce précieux liquide saturé en sucre rapide nécessaire à faire fonctionner ce mutant… Il s’arrête et perd beaucoup de place, mais « c’est trop bon le Coca ». Cela lui permet de garder son rythme d’allure pour tenter de finir en moins de 5 heures…

Stéven part donc trop vite, tout comme Bobos. Ils se tiennent l’un derrière l’autre à une vitesse moyenne de 12km/h. chacun sachant qu’il ne sera pas possible de tenir les 20 bornes à cette allure…

Ils arrivent quand même à dépasser quelques concurrents : certains abandonnent, d’autre ont des crampes ou point de coté… il y a même un sociétaire du club de triathlon de Dijon qui avait tellement chaud qu’il s’est jeté dans le canal pour se rafraîchir avant de reprendre son calvaire !!!

Mich arrive même à discuter avec « un type » qui lui raconte qu'il a vomi en natation, eu la chiasse à vélo !! « Bref, il était mort mais il continuait !!! bravo à lui !!! »

Le parcours étant composé de 2 aller-retours, les Taquets se croisent souvent, ce qui permet de se « frapper » dans les mains tout en se lassant des « j’suis mort »… sous entendu « c’est trop bon » !!! Pas facile à comprendre ces triathlètes longue distance…

 

Temps course à pied :

 

Mich                 1h 38min 11s                         avec le 152ème temps

Bobos                1h 49min 12s                         avec le 237ème temps

Stéven               1h 59min 23s                         avec le 283ème temps

 

 

Bien entendu, c’est une habitude. Le premier Taquet à franchir la ligne d’arrivée, c’est le Mich, en 5h 00min 03s à la 99ème place au classement général. Régulier sur tout le parcours, il laisse une impression de préparation réussie du début à la fin pour sa première participation à un triathlon moyenne distance.

A la surprise générale, c’est Bobos qui arrive second des cayennais en 5h 19min 47s pour la 180ème place au classement général. La fraicheur ambiante, la flottaison de la combinaison et les encouragements de sa famille lui ont permis d’oublier le décalage horaire et la fatigue du voyage de la veille.

Après avoir souffert en vélo et surtout en fin de parcours en course à pied, Stéven s’est classé à la 202ème place en 5h 29min 22s. Heureux ??? Oui, d’en avoir fini de son calvaire…





   


Afin de restaurer le stock de lipides, nos Taquets et leurs Taquettes ont pu s’engloutir une raclette « à volonté » sur la place Emile Zola de Dijon tout en refaisant leur course toute la soirée !!!

 

Rendez vous l’été prochain pour doubler une nouvelle fois la distance à parcourir… place au format Iron Man : 3,8 km natation, 180 km vélo et 42,195 km à pied …

 





Encore merci à tous les supporters qui les ont suivis sur tout le parcours pendant toutes ces heures!!



Pour plus de détails sur le calvaire de Stéven,
                                       clique sur STEVEN



Pour tous les résultats du triathlon de Dijon 2009,
                        clique sur RESULTATS et sur résultats LD


 

Publié dans Résultats

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article